Spécialités de Noël


Paysage d'hiver
(ou empreintes dans la neige si il y en a)
 
Winter Landscape



Chaque région à sa spécialité pour Noël :

En Alsace

Vin chaud à la cannelle


Faire bouillir 1/4 d'eau sur la quantité totale, avec une tranche de citron et son zeste, 2 bâtons de cannelle, 4 cuillères à soupe de sucre, 2 anis étoilés, 1 clou de girofle.
Faire réduire jusqu'à consistance de sirop. Eteindre le feu, ajouter le vin (Gerwürztraminer, Sylvaner, Edelzwiecker), des tranches d'orange, une tranche de citron. Couvrir avec un linge.
Laisser infuser un quart d'heure.
Pour le réchauffer, ne pas faire bouillir.
Bonne dégustation...


Les épices
 

En Alsace, elles entrent dans la composition de nombreux mets et douceurs. Selon les cas, elles viennent si agréablement parfumer les petits gâteaux de Noël, donnent son goût si typique au pain d’épices, embaument le vin chaud, et relèvent avec justesse les mets de la table de Noël. Certaines sont utilisées pour la décoration des maisons et y diffusent leur chaude senteur. Les épices sont incontestablement les hôtesses d’honneur des saveurs du Noël alsacien: anis, cannelle, cumin, clous de girofle, noix de muscade, pavot. Sucrées ou salées, les gourmandises alsaciennes s’accommodent à merveille de ces pointes de plaisir gustatif: anisbredele et springerle, lebkuchen, choucroute, baeckeoffe, flammecküeche, spätzle et bien d'autres encore!

Les délicieux petits gâteaux, Bredele de Noël


Une multitude de petits gâteaux de Noël alsaciens existe pour satisfaire le palais exigeant des gourmands, autant par leurs saveurs que par leurs formes variées découpées à l’emporte pièce en forme de cœur, sapin, losange, trèfle, lune, ou encore étoile. Avant d’être croqués, ils sont déjà une véritable fête pour l’œil !
En Alsace, quand au crépuscule rougeoie l’horizon, on dit que c’est le Christkindel qui allume le four pour faire cuire les Bredele…
Les plus célèbres, les wihnachtsbredle se déclinent selon les ingrédients et l’aspect qu’on choisit de leur donner : butterbredele au beurre parfois glacés au citron, anisbredele ronds et soufflés à l’anis, shwowebredele aux amandes et dorés aux jaunes d’œuf, spritzbredele petits sablés avec un zeste de citron, les lebkuchen sont des petites langues en pain d’épices au glaçage satiné, les leckerli, en forme de losanges, ont eux aussi une saveur pain d’épices, les springerle, ou pain d’anis, ont un goût typé et comptent parmi les premiers confectionnés en Alsace.


En Aquitaine



Aquitaine : les guinettes



Dès le début décembre, dans certaines familles, on perpétue la tradition des guinettes, grâce aux conserves de cerises à l’eau-de-vie réalisées durant la récolte de juin.
Chaque cerise est trempée dans du fondant puis dans du chocolat mis à fondre sur feu doux, puis déposée sur un lit de vermicelles au chocolat.
Le tout est conservé au frais, autrefois à la cave, aujourd’hui au réfrigérateur, durant une quinzaine de jours, le temps pour le fondant de se transformer en alcool, et de faire la joie des gourmands au moment des fêtes.
Et puis aussi…

Desserts d'antan : La torche aux marrons


Une recette venue du passé qui sera encore plus savoureuse réalisée avec des châtaignes que vous aurez vous-mêmes ramassées…
Epluchez vos marrons à l'avance. Mettez-les à cuire dans 1 l de lait, 1 gousse de vanille, 150 g de sucre pendant 40 min. Passez ensuite les marrons au moulin à légumes pour obtenir des vermicelles. Disposez-les doucement en dôme ou en couronne sur un plat. Dans une jatte, fouettez la crème fleurette avec du sucre vanillé. Garnissez le dôme de Chantilly.


La Provence


Les 13 desserts :


Tradition apparue en 1920, les 13 desserts sont préparés avec des produits du terroir provençal et se dégustent après la messe de minuit.
De nos jours, c'est la coutume la plus connue et la plus respectée pendant les fêtes de Noël. Selon la région et les familles, chacun y apporte sa touche personnelle. Cependant, certains éléments restent tout à fait incontournables :
Le gibacié : spécialité marseillaise, que l'on nomme fougasse dans la Provence de l'intérieur, et pompe à huile sur le littoral. C'est une galette de farine cuite avec de l'huile d'olive et de la fleur d'oranger. On la mange la veille de Noël et à l'Epiphanie.
Les nougats blancs et noirs : les deux types de nougat sont fabriqués à partir de miel, d'amandes et de sucre. Pour obtenir un nougat blanc et crémeux, on ajoute à la préparation de base des blancs d'œufs ; le nougat noir quant à lui reste croquant et de couleur brune.
Les quatre mendiants : ils symbolisent les 4 grands ordres mendiants, en référence à la couleur des habits des moines mendiants (Carmes, Dominicains, Franciscains et Capucins). Les amandes représentent l’ordre Dominicain, les raisins secs l’ordre des Augustins, les figues, les Franciscains et les noisettes l’ordre des Carmes.
Les fruits et les friandises s'y ajoutent selon l'envie : pommes, poires, raisins, oranges, melons d'hiver, mandarines, prunes, dattes, confiture ou pâte de coing, calissons, fruits confits, pruneaux, panade (soupe de pain bouilli dans l’eau ou le lait), etc.
Les spécialités de chaque village viennent aussi s'ajouter aux mets traditionnels : tartes de Haute Provence, panade à Sainte Cécile (tarte aux pommes) et oreillettes en Provence des Montagnes ou gâteaux secs aux pignons de pin sur la côte.
Le vin accompagne bien sûr le repas de Noël. On en trouve trois sortes : le vin vieux, de la vigne familiale, le vin clair et le vin cuit. Le tout est terminé par un ratafia maison (liqueur obtenue par macération de fruits, de fleurs et de tiges de plantes).
Noël reste encore et toujours en Provence une fête unique, évocation du passé et des ancêtres, une expérience inoubliable pour pénétrer le cœur des Provençaux.

Outre-Mer
 
Le repas du réveillon



Un bon apéritif réunionnais commence toujours un rhum arrangé ou un punch préparé à base de produits locaux (rhum, vanille, fruits, sucre de canne) accompagné de bonbons piments et samoussas sans oublier, bien sûr, les bouchons trempés dans du piment rouge chinois en pâte et du "sciave".
Le plat principal est très copieux, les Réunionnais préparent pour le réveillon :
Le cari et le riz et les grains et le rougail : plat typique par excellence, viandes diverses et de poissons (rôti de dinde, civet de coq, cari bichique, cari de poissons rouge, canard à la vanille,  etc...), poissons (thon, espadon, rouges, etc...) se décline sur toutes les tables de la Réunion à la maison comme aux restaurants. Les grains (légumes secs en sauce) sont servis en accompagnement des caris et du riz (lentilles de Cilaos, pois du Cap, haricots rouges…) – le rougail mangue (fruit de saison) se manger agrémenté de piment
Les desserts et sucreries
Préparés à base de produits locaux tel que le sucre de canne, la vanille Bourbon, ou les fruits (ananas Victoria, mangues « josé », letchis, noix de coco, goyaviers, etc...), les desserts sont bien présents sur les tables Réunionnaises. Pour le réveillon, les Réunionnais dégustent le letchi, les mangues, la bûche de Noël.
La tradition pour la Saint-Sylvestre est le pâté créole.

source article






Merci Aurélie,

Et en Angleterre ?
Le 25 à midi on mange la dinde farcie avec des pommes de terre, des panais, brocolis
de la sauce gravy sur un petit gâteau salé, parfois du bacon autour d'une saucisse
de la sauce de canneberge...
Je vous assure c'est super bon !



Et en dessert Le Pudding !



avec des pièces de monnaie pour nous apporter la fortune durant l'année, une branche de houx piquée dedans et flambé s'il vous plait !
Chaud avec de la crème, un délice...
recette




Et chez vous ?

Dites nous d'où vous êtes et ce que vous mangez traditionnellement à Noël...
Est ce une tradition familiale ? Une spécialité de votre région ?

Nous attendons vos petits mots !



8 commentaires:

sylvie a dit…

hum !!! on l'eau à la bouche. Chez nous, quoi qu'il arrive c'est foie gras fait maison !! tradition du sud ouest ...pour le reste ça varie !!!
bonne journée !!

Carol and Co a dit…

Wouhaouhhh!!! super alléchant! surtout le pudding ça fait un moment que je m'y mettre...j'adore ça!
Chez nous, c'est dans le sud, la tradition au repas de nOël ce sont les huîtres du Bassin de Thau!...puis on aime bien faire des truffes, des mendiants, pour la bûche c'est celle de la belle-mère choco crème de marrons!
Bizzzzzzzzzzz à toutes et bonne journée!

Corinne a dit…

Oulala, appétissant tout ça, ça donne envie de voyager ! Chez moi, France trotters oblige, on invite à la table toutes les spécialités régionales qu'on aime, des huitres, des St Jacques poêlées, du homard breton (si on peut), du foie gras frais, une volaille chaponné aux marrons, du gibier en sauce, une bûche (glacée bien sûr après tout ça ! ), des fruits déguisés, des chocolats... Je vous rassure, pas tout dans le même repas ! :-)

lilie scrap a dit…

humm, ca donne envie tout ca! j'adore faire des sablés de Noël à la canelle et mon pêché mignon pour le dessert : une buche au marrons!

caroline a dit…

Ça donne envie....Chez moi dans le nord nous réalisons des gaufres: une recette de ma grand mère que nous mettons dans une vielle boite en fer ça s'appelle les étrennes. Nous les offrons aux personnes qui nous rendent visite au moment de noël et en début d'année. Avec un bon café ou un chocolat chaud c'est un régal....vivement le goûter. Bon dimanche à vous. Ici il neige... Ça sent vraiment l'approche de noël....

Titbelsoeur toute seule a dit…

Merci pour ce blog, quelle généreuse initiative de partager toutes ces idées et photos !
passez d'excellentes fêtes de fin d'année !

Tatitaly a dit…

bien appétissant tout cela!! Cette année ici dans le Béarn se sera foie gras et canard confits+ patates sautées+ cèpes .Par contre le dessert on innove un gros café gourmand!!!

linstantscrap a dit…

Chez moi on ne coupe au foie gras fait maison , mais depuis toute petite ce sont les huitres et les crépinettes , pour le reste du menu cela varie, mais les huitres...en même temps nous ne sommes pas loin du bassin d'arcachon !!